Bonpas au Rhône en rive droite

  1. D’importants travaux pour assurer une protection sûre à la crue centennale

Après une étude générale conduite par le SMAVD sur l’ensemble du tronçon et sur les deux rives du cours d’eau, les travaux de restructuration ou de confortement des systèmes de protection de l’ensemble des communes riveraines (dont Avignon) ont été autorisés par arrêté interpréfectoral du 19 mars  2008.

La digue d’Avignon, classée en catégorie A, longue de 11 km au total, protège un bassin de vie d’environ 90 000 habitants.

Entre 2008 et 2012, la Ville d’Avignon a réalisé un vaste programme de confortement de sa ligne de protection. Sur l’ensemble de la digue, le calage de la crête des ouvrages pour prévenir toute surverse, a été fixé au-dessus du niveau de la crue exceptionnelle 6 500 m3/s. Au droit du CHU, malgré le calage altimétrique rendant la digue quasiment insubmersible, l’ouvrage a fait l’objet de renforcements aux déversements compte tenu de l’importance cruciale des établissements à proximité.

Pour protéger les talus de l’ouvrage contre les érosions côté Durance, les travaux ont généralement consisté en une reprise des protections de talus (perré béton ou enrochements percolés). Côté plaine, un engraissement du talus a été réalisé pour assurer une fonction de drainage et de filtration. Enfin l’aménagement d’une piste en crête et d’un réseau d’ouvrages de gestion des accès a été mis en œuvre.

Ces travaux réalisés sous la maîtrise d’ouvrage de la Ville ont représenté un coût total d’environ 7 500 000 €HT, financés dans le cadre du Contrat de Rivière par l’Etat, le Conseil Régional de PACA, le Conseil Départemental de Vaucluse et la ville d’Avignon.

Concernant la maîtrise des risques d’érosion en pied, le programme a consisté à densifier le réseau d’épis plongeants existants. Le SMAVD a assuré la maîtrise d’ouvrage temporaire et la maîtrise d’œuvre des travaux de construction de 17 épis sur la période 2012 – 2015. Ces travaux ont été conduits en été, sans dérivation du bras en eau, avec des engins adaptés (bras longs et fort tonnage) et depuis la berge.

Au total, les travaux relatifs aux épis ont représenté un coût total de 1 150 000 € HT, financés par l’Etat, le Conseil Régional de PACA, le Conseil Départemental de Vaucluse, EDF et la ville d’Avignon.

  1. Une sécurisation globale sans risque de rupture jusqu’à la crue exceptionnelle

En parallèle à ce programme de travaux, la ville d’Avignon a fait réaliser une étude de danger de ses digues en 2012. Cette étude a mis en évidence la vulnérabilité, pour les crues les plus fortes, du secteur amont de la digue dite « de Bonpas », c’est-à-dire le tronçon entre le barrage EDF de Bonpas et le pont de la route départementale 907.

La ville d’Avignon a confié la mise en œuvre des études techniques nécessaires à faire autoriser un programme de travaux complémentaires corrigeant les points vulnérables dans l’objectif de démontrer une protection centennale du territoire mais également l’absence de risques de ruptures pour la crue exceptionnelle.

La réalisation de l’étude de diagnostic approfondi et de proposition de solutions d’interventions a été confiée à la société ISL Ingénierie. Elle comporte au total 9 phases (bibliographie, géotechnique, hydraulique, morphologie, génie civil…) et aboutira à la présentation d’une « Esquisse » des solutions de confortement envisagées. S’ensuivront les études opérationnelles d’AVP-PRO et le dossier réglementaire d’autorisation.

Imprimer cet article Imprimer cet article