La surveillance et l’entretien des ouvrages de protection contre les inondations ou de maintien du lit sont les prolongements indispensables des opérations de confortement ou de restructuration. En effet, ces ouvrages une fois réalisés ou confortés, vont être constamment sollicités par les intempéries, les crues, la pousse de la végétation, les dégradations accidentelles, etc. Si ces ouvrages ne sont pas dotés d’un plan rigoureux de surveillance et d’entretien, ils ne pourront donc rapidement plus répondre aux objectifs de protection pour lesquels ils ont été réalisés.

Disposant de l’agrément ministériel pour intervenir sur les ouvrages hydrauliques et notamment les digues, le SMAVD réalise sur ses ouvrages propres (seuils) d’une part et sur les ouvrages de ses membres couverts par une convention d’assistance technique (systèmes de protection restructurés) d’autre part les tâches suivantes :

  • bancarisation des éléments techniques constitutifs du dossier des ouvrages,
  • programmation annuelle des travaux d’entretien, mise en œuvre, suivi et bilan
  • Visite Technique Approfondie (VTA) annuelle
  • rapport de Surveillance
  • assistance en période de crue
  • visite technique approfondie après crue

Une mutualisation des moyens

Le SMAVD a ainsi mis en place depuis 2007 un marché pluriannuel à bon de commandes dont il est le coordonnateur et qui permettant de procéder à l’ensemble des travaux d’entretien et de petites réparations sur les ouvrages :

  • débroussaillements,
  • entretien de têtes d’ouvrage de traversée,
  • entretien des organes mobiles (vannes, clapets),
  • enlèvement d’embâcles en pied d’ouvrage,
  • enlèvements de dépôts sauvages éventuels,
  • ensemencements ponctuels,
  • pose de toile de jute,
  • réparation de protections (matelas de grillages, pose d’enrochements…),
  • réfection de pistes…

Le dispositif couvre ainsi l’ensemble des ouvrages sur lesquels le syndicat a été amené à conduire des projets de sécurisation ou de confortements et concerne les communes de Rognonas, Chateaurenard, Noves, Mallemort, Charleval, La Roque d’Anthéron, Cavaillon, Cheval Blanc, Lauris, Pertuis, Les Mées, Rochebrune/Piégut et Remollon.

En quelques chiffres :

  • Plus de 30 km d’ouvrages
  • 350 000 m² de talus végétalisés à faucher
  • Un budget d’entretien annuel de 150 000 € HT
  • Chaque année une moyenne de 300 désordres potentiels analysés, faisant l’objet de suites adaptées :
Imprimer cette page Imprimer cette page