Grande rivière à la fois alpine et méditerranéenne, la Durance a vu son fonctionnement profondément modifié  à partir des années 50 (extractions de graviers, aménagement agro-industriel, digues, routes…). Elle reste cependant une rivière vivante.

Les crues régulières de la Durance entretiennent une diversité d’habitats naturels en perpétuel mouvement : bancs de graviers, de sable ou de limons, mares, zones d’eau calme (lônes), résurgences (adoux), bosquets d’arbustes, pelouses, garrigues… Ces habitats accueillent une faune et une flore particulièrement adaptées à cette dynamique. Par exemple, la Petite Massette, roseau protégé en France et en Europe, affectionne les berges limoneuses humides alors que le Petit Gravelot, comme son nom l’indique, est un oiseau qui niche sur les ilots de gravier de la rivière. Le cortège d’espèces liées aux cours d’eau dynamiques est également bien représenté avec la présence de la Cicindèle des rivières ou de l’Agrion bleuissant.

Certaines espèces ont pu également s’adapter à l’activité humaine. Les chauves-souris, dont les effectifs mondiaux se sont effondrés depuis le milieu du 20ème siècle, apprécient les ouvrages d’arts (ponts…) pour installer leurs colonies, alors que le Fuligule morillon se reproduit dans certains plans d’eau formés par d’anciennes carrières.

Livret pédagogique sur la nature en Durance

 

    Imprimer cette page Imprimer cette page